Trier les actualités

Masterclasse avec Éric Vuillard
Événement
Le 16 janvier à 18h30

Masterclasse avec Éric Vuillard

En lisant, en écrivant

France Culture, la Bibliothèque nationale de France et le Centre national du Livre poursuivent leur collection de master classes d’écrivains contemporains. Animées par des producteurs de France Culture, ces rencontres se déroulent en public à la BnF. Elles proposent une plongée dans la création littéraire contemporaine.

Pourquoi écrivez-vous ? Ces master classes sont l’occasion de poser à des grandes figures de la littérature contemporaine cette question essentielle et toutes celles que se posent leurs lecteurs. Les conditions de l’écriture, la genèse des livres, l’inspiration, le plaisir et la souffrance, la solitude, le travail au quotidien, l’édition des textes, la réception des oeuvres... Qu’est-ce qu’une vie d’écrivain, qu’est-ce que l’acte d’écrire ?

Réalisé en coproduction par la BnF, le CNL – à l’occasion de ses 70 ans – et France Culture, les entretiens sont réalisés en public à la BnF | François-Mitterrand et seront diffusés ultérieurement.

mardi 16 janvier 2018

Éric Vuillard, avec Lucile Commeaux

18h30 - 20h00 | Entrée libre
BnF | François-Mitterrand Petit auditorium
Quai François-Mauriac | Paris 13e

Pour y aller

Crédits photo / DR

 

Écrivain et cinéaste, Éric Vuillard publie un premier récit, Le Chasseur, en 1999. Plus tard avec son roman épique Conquistadors sur la conquête du Pérou par Pizarro et la chute de l’Empire inca, il reçoit le Prix Ignatius J. Reilly 2010. En 2012, il reçoit encore le Prix franco-allemand Franz Hessel pour La Bataille d’Occident et Congo, puis le prix Valery-Larbaud 2013 pour les mêmes livres.

En 2008 il réalise un long métrage, Mateo Falcone, adaptation de la nouvelle de Prosper Mérimée. En 2014 avec Tristesse de la terre il est sélectionné pour plusieurs prix littéraires.  
En 2017, Éric Vuillard obtient le prix Goncourt  avec L’Ordre du jour où il revient sur le rôle des industriels allemands dans les agissements nazis. Une évocation assez magistrale, grinçante par endroits, des coulisses de l’Anschluss.