En ce moment - Site internet du Centre national du livre

Trier les actualités

Ressources
Infos-presse
Mardi 26 janvier

Le prix Sophie Barluet décerné à Antoine Lilti pour "Figures publiques : L’invention de la célébrité (1750-1850)"

Le prix Sophie Barluet 2015 a été décerné à Antoine Lilti pour son livre Figures publiques : L’invention de la célébrité (1750-1850), publié aux éditions Fayard.

Le prix lui sera remis mardi 26 janvier à 18h30 au Centre national du livre.

Le prix Sophie Barluet a pour vocation de soutenir des ouvrages exigeants et novateurs en sciences humaines et sociales.

Il a été créé en 2010 par le Centre national du livre en hommage à Sophie Barluet, disparue en 2007, et dont les nombreux travaux alertèrent l’opinion sur les difficultés de l’édition de sciences humaines et sociales.

Il est depuis 2013 attribué par la revue Books après avis d’un jury attaché au devenir de l’édition de sciences humaines et sociales.

Le jury du prix Sophie Barluet, animé par Olivier Postel-Vinay, fondateur et directeur de la revue Books, est composé de Françoise Benhamou, Dominique Schnapper, Michel André, Jean Lebrun, Dominique Lecourt, Jean-Pierre Le Goff, Philippe Meyer, Daniel Rondeau, Alain-Gérard Slama et Benoît Yvert.

Quelques mots sur l’ouvrage (Présentation de l’éditeur) :

Bien avant le cinéma, la presse à scandale et la télévision, les mécanismes de la célébrité se sont développés dans l’Europe des Lumières, puis épanouis à l’époque romantique sur les deux rives de l’Atlantique. Des écrivains comme Voltaire, des comédiens comme Garrick, des musiciens comme Liszt furent de véritables célébrités, suscitant la curiosité et l’attachement passionné de leurs « fans ». À Paris comme à Londres, puis à Berlin et New York, l’essor de la presse, les nouvelles techniques publicitaires et la commercialisation des loisirs entraînèrent une profonde transformation de la visibilité des personnes célèbres.

À travers cette histoire de la célébrité, Antoine Lilti retrace les profondes mutations de la société des Lumières et révèle les ambivalences de l’espace public. À la fois désirée et dénoncée, la célébrité apparaît comme la forme moderne du prestige personnel, adaptée aux sociétés démocratiques et médiatiques, comme la gloire était celle des sociétés aristocratiques. C’est pourtant une grandeur toujours contestée, dont l’histoire éclaire les contradictions de notre modernité.

Antoine Lilti est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. Ses travaux portent sur l’histoire sociale et culturelle des Lumières. Il a notamment publié Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle (Fayard, 2005).